FOODTECH_innovation_1 (Crédits : Analytics Insight)

Considérée comme avant-gardiste et futuriste, la FOODTECH est entrée dans une nouvelle dimension suite à la crise sanitaire du Covid 19 qui a bousculé les pays et les consommateurs.

En seulement 3 mois, nous avons compris combien le sourcing alimentaire de proximité était un enjeu stratégique. Nous avons aussi expérimenté l’efficacité de nouvelles solutions digitales qui ont boosté l’efficacité des circuits alimentaires ultra-courts ou l’impérativité pour les agglomérations et les villes d’une production agricole urbaine de proximité.

Découvrez dans cet article comment la FOODTECH a mis en avant, durant cette crise sanitaire, son rôle stratégique et son pragmatisme, au service de notre alimentation. 

Et si la FOODTECH n’était finalement plus si futuriste que cela et devenait un nouveau modèle de production, de distribution et de consommation alimentaire ?

 

La FOODTECH :  la technologie au service de l’alimentation

Un réseau dynamique d’acteurs

 

La FOODTECH regroupe l’ensemble des initiatives numériques, technologiques et entrepreneuriales innovantes liées à l’alimentation. Elle couvre donc la production jusqu’à la consommation. 

FOODTECH_innovation_2

 

La FOODTECH se divise en 6 grandes catégories

 

  • AgTech : solutions pour améliorer le rendement et la qualité de l’agriculture.
  • FoodScience : développement de nouveaux produits alimentaires qui répondent à la demande de transparence et aux préoccupations environnementales et sanitaires.
  • FoodService : restauration du futur et hôtellerie.
  • Coaching : services qui s’adressent directement au client en l’aidant à avoir une meilleure vision sur ce qu’il achète.
  • Delivery : livraison à domicile de produits d’épicerie ou de repas de restaurants.
  • Retail : meilleure expérience d’achat en magasin et numérisation de la chaîne d’approvisionnement.

 

L’ensemble des entrepreneurs et des start-up de l’alimentaire constitue donc un réseau dynamique qui innove sur les produits, sur la distribution et sur le marché.

 

Des investissements records pour la FOODTECH en Europe

 

Alors que les investissements dans les start-up de la FOODTECH sont en baisse partout dans le monde, ils ont atteint un nouveau record en Europe en 2019 avec 2,4 milliards d’euros, selon une étude de DigitalFoodLab contre 1,7 milliards d’euros en 2017 et 0,9 milliards d’euros en 2018.

 

Cette croissance s’explique en partie par l’investissement dans les start-up de la FOODTECH les plus matures, qui ont déjà su prouver la viabilité de leur modèle, au détriment des jeunes entreprises. Cinq des 2.000 start-ups qui ont reçu un soutien financier cumulent 58 % du montant total avec un fort succès pour la livraison à domicile :

 

  • Deliveroo : livraison à domicile (500 millions €)
  • Glovo : livraison à domicile (300 millions €)
  • Picnic : supermarché durable avec livraison à domicile (250 millions €)
  • Wolt : livraison à domicile (115 millions €)
  • Ynsect : élevage d’insectes et transformation (110 millions €)

 

L’écosystème européen progresse, même s’il reste aujourd’hui déséquilibré et mineur au niveau mondial. La FOODTECH européenne ne représente en effet que 14 % des investissements de la FOODTECH mondiale.

 

Le leader européen est le Royaume-Uni qui représente le premier acteur en termes d’investissements. Le Delivery concentre 86% du montant des investissements avec deux leaders qui se détachent : Deliveroo et Brewdog.

L’écosystème FOODTECH français est fortement concentré dans l’AgTech (48% du montant des investissements) et le FoodService (35% du montant des investissements). En 2019, les investissements de plus de 20 millions d’euros ont été nombreux avec des start-up comme Lunchr, Ynsect, Wynd, Microphyt, mais il n’y a pas de véritable leader sur le marché de la livraison, contrairement aux autres pays.

 

Une prise de conscience qui favorise l’autonomie alimentaire 

 

Dans un contexte de crise, des enjeux sociétaux ont récemment émergé dans le secteur de l’alimentation. Les consommateurs veulent plus de transparence, moins de gaspillage alimentaire et une optimisation des ressources naturelles

 

A cause du Covid 19, l’alimentation s’est retrouvée au cœur de la crise avec la fermeture des restaurants, les pénuries dans les supermarchés et le manque de main d’œuvre dans l’agriculture… Les circuits ultra-courts ont émergé au détriment des circuits de distribution traditionnels. Ces circuits courts limitent en effet drastiquement le nombre d’intermédiaires et donc de contaminations possibles. De nombreuses applications et plateformes digitales ont permis de connecter producteurs et consommateurs, pour faciliter les flux du champ à l’assiette.

 

Au-delà de la tendance alimentaire existante du locavorisme chez les consommateurs, les agglomérations ont compris la nécessité de pouvoir produire localement les ressources alimentaires. La destruction des surfaces agricoles ces dernières décennies au profit de l’urbanisme induit une problématique à laquelle la FOODTECH peut aujourd’hui apporter des solutions qui n’ont jamais été autant d’actualité. La création de fermes urbaines représente certainement une forme d’agriculture d’avenir avec pour principe de produire des aliments en quantité avec une surface de sol exploitée réduite. Plusieurs fermes sont déjà installées à Paris et la plus grande ferme urbaine d’Europe ouvrira ses portes sur un toit du parc des expositions en 2020. Les riverains pourront louer un potager et favoriser ainsi le verdissement de la ville. Deux techniques seront utilisées : l’aéroponie et l’hydroponie pour un objectif de production de 300 kilos de fruits et légumes par jour.

 

FOODTECH_innovation_3                                                                                 (Crédits : FUL Marie Eve Brouet)

 

Si l’agriculture urbaine favorise les circuits courts et la reconnexion des urbains à la terre, elle reste pour l’instant insuffisante pour faire abstraction des grands circuits de distribution. 

 

Des exemples de plateformes numériques, au service de l’alimentation

Des starts-up françaises qui émergent 

 

Malgré son histoire gastronomique et son savoir-faire en matière d’alimentation, la France reste pourtant derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni en matière d’innovations relatives à la FOODTECH. Certains acteurs ont cependant un certain succès en mettant en avant le sourcing de proximité, la lutte contre le gaspillage alimentaire ou encore l’alimentation durable

 

  • La ruche qui dit oui : le service internet qui favorise les circuits courts et l’échange direct entre producteurs et consommateurs. Ils se retrouvent alors au sein de marchés éphémères, les ruches, pour vendre et acheter des produits locaux et de saison. Pendant la crise du Covid 19, la plateforme a vu son chiffre d’affaire augmenter de 70 % et le nombre de ses fournisseurs de 30 %.

 

  • Yuka : une application qui permet d’obtenir toutes les informations nutritionnelles concernant un produit en scannant son code barre. 

 

  • Siga : pour une alimentation plus saine et moins transformée. L’application permet d’identifier les produits les plus naturels et les moins transformés. Découvrez le témoignage d’Aris Christodoulou, Président et Co-fondateur de SIGA dans notre dernier Peps’Live !

 

  • TooGoodToGo : l’application anti-gaspi référente sur le marché ! Les boulangeries, boucheries, restaurants…constituent des paniers d’invendus qu’ils vendent ensuite, à prix cassés via la plateforme, à leurs clients.

 

Quand les producteurs, consommateurs, bénévoles s’associent pour manger au plus proche, simple et bon…Le site des loco-motivés propose une mise en relation directe entre les consommateurs et les producteurs.  

 

FOODTECH_innovation_4

 

Des plateformes qui ont fait preuve de réactivité face à la crise 

 

Certaines entreprises ont su profiter de la crise pour proposer des services innovants ou pour adapter leur service existant à la situation. PepsWork a sélectionné certaines initiatives qui s’inscrivent dans une démarche d’entraide et de durabilité alimentaire.

 

La FOODTECH fait dorénavant partie intégrante de notre quotidien. En période de crise, elle a su montrer son utilité et sa praticité. Innovante, la  FOODTECH nous pousse désormais à consommer mieux, en faisant appel à la responsabilité de chacun.

 

Etude FOODTECH DigitalFoodLab 

Qui a rédigé cet article ?