sial_banner_960x300_en

Le SIAL, immanquable salon international de l’innovation agroalimentaire à Paris a tenté de répondre à cette question : quelle sera l’alimentation de demain ? Gigantesque terrain d’inspirations, le SIAL c’est 15 000 visiteurs, 8 halls, 7000 exposants, 2189 innovations et un choix qui semble infini. PepsWork a décrypté pour vous 10 tendances incontournables qui pourraient vitaminer vos projets d’innovation.

Les 10 tendances qui vont nourrir l’avenir de nos assiettes

1/ Le BIO est passé de mode … il s’impose !

On a clairement dépassé l’effet de mode. Le bio est désormais partout et pour tous ! Ancré dans les habitudes de consommation des français, quels que soit leurs budgets, le bio a fait sa place hors des boutiques spécialisées. Toutes les grandes enseignes de GMS ont leurs MDD et gamme bio. Elles contribuent ainsi à démocratiser des produits de consommation courante en version bio à des prix abordables. L’offre bio alimentaire et cosmétique s’est considérablement étoffée ces dernières années. Le Baromètre Agence BIO/CSA 2015 a montré des chiffres édifiants sur l’évolution des habitudes des français, qui détiennent les record d’acheteurs et de consommateurs de produits bio : 9 français sur 10 en consomment.

  • Au sein de cette majorité, 65% sont des consommateurs « bio-réguliers » (au moins une fois par mois)
  • 82% des Français font confiance aux produits bio
  • 78% des Français estiment que le bio est une solution face aux problèmes environnementaux
  • 82% des consommateurs bio sont dans une démarche de consommation durable : ils déclarent également acheter des éco-produits fabriqués à partir d’ingrédients bio en plus des produits alimentaires

logo-ab-et-europe

2/ Locavorisme : local et fière de l’être !

Rien à cacher ! Les produits affichent leur origine, et plus encore… Le locavorisme se confirme avec une mention sur l’origine de plus en plus précise (made in France > made in Alsace > made in Strasbourg…). Les consommateurs adorent connaitre l’histoire. La France, l’Australie et le Québec sont les pays qui accordent le plus d’importance à l’origine locale du produit. Pour 75 % des consommateurs dans le monde, l’origine d’un produit est un critère d’achat aussi important que la qualité ou le prix du produit (Source : Mintel).

made-in-francecarre-normand

L’intérêt des consommateurs pour les circuits courts est croissant (drives fermiers, coopératives…), motivé par une vision humaniste qui impacte visiblement l’emploi. C’est la vision d’Ekibio (groupe Euro-Nat), engagé dans le développement des circuits courts depuis presque 30 ans, qui propose des produits alimentaires bio équitables et des éco-produits certifiés. L’aspect éthique s’envisage aussi dans la transparence accordée à l’usage des ressources et au bien-être animal, de l’homme et de son environnement.

Quand les marques jouent la transparence, les étiquetages deviennent clairs avec une liste réduite d’additifs. C’est le « clean label ». 60 % des consommateurs dans le monde cherchent à éviter les conservateurs, les colorants artificiels et les édulcorants au moment de l’acte d’achat (source : TNS pour GNT group).

3/ Ecologie et consommation … tous responsables !

Désormais plus informé et plus sensibilisé, le consommateur est devenu « consom’acteur« . De nombreuses initiatives ont été mises en place dans la limitation des déchets, des emballages, le recyclage et l’optimisation du cycle de vie des produits. Sauveur Fernandez de l’agence L’Econovateur traite ce sujet lors d’une conférence au SIAL sur les nouveaux imaginaires agro-industriels 2016-2025, et souligne le développement des démarches suivantes :

  • Objectif zéro déchets
  • Politique anti-gaspillage
  • Réduction des packagings
  • Développement de l’épicerie vrac

Dans l’optique de rencontrer les acteurs de cette tendance, PepsWork a rencontré au SIAL Monsieur Mottet, le fondateur des soupes Bon et Bien. Le concept simple et éthique repose sur l’utilisation de légumes « moches » et non calibrés pour la fabrication des soupes naturelles réalisées par des personnes en réinsertion professionnelle. (NDLR : la soupe carotte-cumin est sublime … ).

11abonetbien-01_imagelarge

4/ Nomade … un snack (sain) sous la main

Le snacking sain est une tendance importante qui a conquis un public vaste et varié, notamment au travers de nouveaux formats compacts et ergonomiques. Cette tendance a trouvé son tremplin dans le mode de vie actuel plus nomade et mobile. En effet les consommateurs avaient besoin de produits faciles à emporter et à consommer hors domicile. Aujourd’hui, les aspirations de santé orientent ces produits nomades vers un positionnement healthy. Ainsi le snacking sain se développe à l’instar du marché US ou UK, qui présente 10 années d’avance sur le marché français, et cela nous permet d’anticiper un avenir prometteur au snacking sain.

Priméal Nomad, Swala et Fruit4Fit ont développé des gammes de snacks naturels sans sucre ajouté à base d’oléagineux, de superfruits et d’épices (noix, cassis, gingembre, spiruline) sélectionnés pour les sportifs.

igcontrole

5/ Se faire plaisir sainement ? C’est #healthynotguilty !

Le cabinet PepsWork a noté une montée de la stratégie gustative des produits sains. Nous avons baptisé cette tendance #healthynotguilty.
Les marques communiquent sur ces produits gourmands et normalement « défendus » avec un discours déculpabilisant et rassurant. Du sain oui, mais du bon aussi ! Les consommateurs de plus en plus soucieux de leur bien-être, accordent une place déterminante au plaisir sain. Le consommateur n’a plus de remord à grignoter des chips … s’ils sont au quinoa complet. De même, zéro complexe sur le chocolat … s’il renferme des probiotiques bénéfiques pour la flore intestinale et l’immunité .

Exemple des Chips de soja TOO GOOD riches en fibres et pauvres en graisses. Ils présentent une réduction de 70% de matières grasses par rapport à des chips traditionnelles. A la truffe ou aux herbes de Provence, à vous de craquer…
04_04_11_toogood1Une part de formage ? Oui, surtout s’il est réduit en graisse, en lactose et en sel ! L’Ortolan Equilibre.

ortolan

Cette mutation des comportements et cette tendance alimentaire #healthynotguilty se matérialise par une offre plus diversifiée, plus innovante et plus goûteuse.
Le « sain et bon » serait-il un point de convergence d’entreprises au positionnement à priori opposé ?  Le groupe Sojami illustre totalement cette convergence du sain vers le bon en développant des produits végétaux gourmands. Le groupe Grand-Mère, leader de la pâte alsacienne aux œufs, passe quant à lui du bon vers le sain avec ses excellentes préparations céréalières sans gluten. De belles opportunités sur le sans-gluten à saisir pour les acteurs traditionnels céréaliers. Le marché mondial des produits sans-gluten devrait atteindre 6,84 Mds $ en 2019, soit une croissance annuelle de 10,2 % (Source : Research & Markets 2015).

6/ Retour aux sources, l’authentique devient chic !

Dans le food comme dans le prêt à porter il y des modes. En déco, le vintage est au goût du jour, dans nos assiettes aussi ! Les marques ressortent les bonnes recettes de grands-mères avec une pointe de glamourisation et les consommateurs se réapproprient ces produits intemporels purs et simples qui ont nourri nos aïeux. Ce qui était ringard il y a 15 ans est aujourd’hui au top du marketing branché. Pour un retour aux sources encore plus radical, les modes du raw food et du paleo diet séduiront les milléniums en quête d’authenticité !

LE PALEO DIET

Le régime paléo, issu du mode de vie paléolithique, est un régime qui n’exclut pas les viandes mais qui bannit des produits issus de l’industrie agroalimentaire comme les produits transformés, les produits sucrés, les produits laitiers mais aussi de l’agriculture intensive comme les céréales et légumineuses. Le paléo surfe allègrement sur la vague du sans-gluten, de l’index glycémique bas, du complet et du « raw food ».

Nous avons dégusté les barres protéines RawPaleo protein de Maxsport et le mélange Paléo de Fruit4Fit.

51-qfen0aol-_sy300_muscupaleoblisterf4f__010617500_1541_03082016
LE RÉTRO BRANCHÉ

PepsWork a rencontré au SIAL Serge Atia, « l’épicier à la moustache et au beret », emblème vivant du logo de la marque Chez Ce Cher Serge. La PME française – et fière de l’être- met au goût du jour des vieilles recettes de sablés apéritifs, dans un packaging très contemporain.serge-6
Impossible de ne pas évoquer les tartares de Mémé #Henriette aux algues, potimarron et châtaigne, ou ceux de Mémé #Odette aux algues, choux rouge et gingembre.  Vous adorerez les mamies délurées de la marque Christine Le Tennier qui présentent des produits du terroir aux mélanges de saveurs novateurs. De beaux exemples de concepts marketing réussis qui surfent sur la vague rétro-fun.

meme3

LE « MIX AND MATCH »

Concept annoncé par le magazine LSA évoque cette tendance à l’hybridation des produits qui mixe tradition et innovation. La glamourisation des produits classiques et basiques se généralise et plaît particulièrement aux anglo-saxons.

moutarde_tres_or
On note ainsi une tendance double, celle de la quête d’authenticité (régime paléo, produits bruts et naturels) et celle de sophistication, les deux n’étant pas indissociables, bien au contraire.

7/ Les nouvelles expériences consommateurs

PepsWork a noté une nette évolution du choix des saveurs et des formats. Ces fonctionnalités permettent de vivre de nouvelles expériences de consommation.

Daregal présente ses smoothies avec des herbes aromatiques, concoctées par un sommelier en herbes aromatiques ! (on adore le citron – basilic !!)

wp_20161020_11_17_57_proDes mélanges de nouveaux ingrédients, parfois insolites, émergent de plus en plus, à l’image du tartare de mémé #Henriette (algues, carottes et curcuma), ou les tartares de riz au tofu aux arômes naturels de Sojami.

La convergence du sain vers le bon prend un virage technologique avec des innovations très prometteuses comme celles de N Bread qui a créé des pains de légumes sans pain (oui, oui, on a goûté, c’est à s’y tromper), afin de manger des légumes en format nomade (ou tromper ses enfants…).

nbread

8/ Le meilleur de la nature ? L’alternative végétale !

Les marques développent des produits plus sains et naturels en sélectionnant des ingrédients qui permettent d’afficher un « clean label » ou un étiquetage clair et réduit en additifs. Par ailleurs, les produits d’origine végétale bénéficient d’une image plus naturelle, healthy et plus durable que les produits d’origine animale. L’engouement des consommateurs vers les alternatives végétales ne faiblit pas… au contraire ! Le végétarisme est presque devenu « has-been » avec la montée du vegan.

Le vegan est une position extrême du végétarisme qui consiste à ne consommer aucun produit provenant d’un être vivant. Cette tendance a le vent en poupe, notamment auprès des jeunes. Pour répondre à cette demande croissante du marché,  le groupe Veggyness propose toute une variété de burgers, de fromages, steaks et saucisses végétales. PepsWork a goûté pour vous le fromage à base de protéines de pois… bon à s’y méprendre !

veginessLe meilleur de la nature c’est aussi les superfoods ! La présence des baies de goji, açaï, graines de chia, baies d’aronia… s’est considérablement étoffée au SIAL. Découvrez-les dans la rubrique ingrédients à la fin de l’article.

L’engouement pour les légumineuses et les céréales anciennes et complètes est toujours conséquente. Le quinoa continue de se démocratiser dans les assiettes. Nous avons rencontré lors du Sial Innovation Tour Andean Grain pionnier dans l’utilisation des graines de chia.

ANDEAN GRAINCoté ingrédients végétaux : les champignons et les algues comme la spiruline, ne sont pas en reste. Algama est une start-up française spécialiste de l’innovation à base de spiruline. Elle a développé une boisson et s’exporte aujourd’hui après une levée de fonds sur le marché américain. L’ambition d’Algama est d’identifier et à sélectionner les microalgues à propriétés uniques, dans l’objectif d’intégration alimentaire et de production de produits grand public.

9/ Moins de viande, plus de santé … C’est le flexitarisme !

Le flexitarisme correspond à un régime semi-végétarien. La viande est toujours la bienvenue mais avec une grande modération. Il encourage la consommation de protéines végétales apportées par les légumes secs comme le soja, les oléagineux et les céréales complètes. On recherchera par ailleurs les protéines animales alternatives des œufs fermiers, des crustacés, des produits laitiers et du poisson sauvage. Cette tendance forte résulte également d’une prise de conscience de l’impact de notre alimentation sur l’écologie, la nature, le bien-être animal et des hommes.  La production de viande demande énormément d’eau (environ 20 000 litres d’eau par kilo de viande de bœuf, contre 150 litres pour autant de pommes de terre) et contribue à l’effet de serre… On sait aujourd’hui que l’élevage intensif est un désastre écologique sur la planète. Les consommateurs sont devenus très sensibles à ces critères et modifient leurs habitudes alimentaires, diminuent leur consommation de viande et recherchent des alternatives végétales.

flexitarisme

10/ Moins de viande… mais toujours plus de protéines !

En parallèle de cette volonté de consommer moins de viande, la tendance des protéines reste forte. Comment alors satisfaire ces besoins protéiques ?

Les industriels développent depuis plusieurs années des alternatives. Selon le club PIA, le marché mondial des substituts de viande est estimé à 3,8 Mds $ et devrait atteindre 5,17 Mds $ d’ici 2020. Le marché mondial des alternatives aux produits laitiers devrait atteindre 19,5 Mds $ en 2020, soit une croissance annuelle de 15,5 %. Mais quelles sont ces alternatives ?

  • Protéines végétales : algues (spiruline), soja, temphé, tofu, pois, légumineuses, levures et produits fermentés
  • Protéines animales alternatives : les protéines laitières, les protéines extraites d’insectes
Exemple de la marque de nutrition sportive GetSharp et ses barres protéinées à base d’insectes

getsharp

Fromage végétal de Nature & Moi

wp_20161020_11_33_56_pro

Ainsi le secteur du bio, du local et du végétal, habituellement positionnés sur la qualité et la santé, viennent désormais s’affirmer sur les segments du goût et du plaisir. Nous avons rencontré beaucoup de PME et de start-up qui ont présenté de belles innovations en nutrition-santé. INNOVA MARKET INSIGHTS souligne aussi cette tendance « Small Players, Big Ideas ». La multiplication de ces initiatives participe à un mouvement mondial du « manger-mieux » et du « healthy good food ».

 

Conclusion du SIAL 2016 ?

Nous avons assisté à une très belle édition SIAL 2016. Les 10 tendances que nous avons décryptées ainsi que ces ingrédients trendy offrent un terrain d’innovation large pour les acteurs de l’agroalimentaire. Il est sans conteste que la nutrition santé a de beaux jours devant elle, attendue par des consommateurs de plus en plus exigeants et informés.

L’agence en marketing de l’innovation PepsWork, spécialiste des marchés de la santé et de la nutrition, vous accompagne pour faire les bons choix stratégiques et dans la valorisation nutritionnelle de vos produits. Vous avez des projets? Nous avons des idées ! Contactez-nous via notre formulaire de contact.

 

Pour nourrir votre réflexion :

 

Enregistrer